Menu
Catégorie
Prévisions pour la saison cyclonique 2019 en Atlantique – Avril 2019
5 avril 2019 A la Une

Prévisions pour la saison cyclonique 2019 en Atlantique – Avril 2019

Publié le 04 avril 2019 – 18 heures

Figure 1. Image visible de l’ouragan FLORENCE le 10 septembre 2018. Crédit image : MODIS

 

RAPPEL :

 

Les prévisions qui avaient été publiées au mois de décembre 2018 prévoyaient une saison cyclonique en deça de la moyenne.

Pour le TSR (Tropical STorm Risk), les prévisions étaient les suivantes : 12.0 systèmes nommés ; dont 5.0 ouragans et 2.0 ouragans majeurs pour un ACE de 82. Celle d’Avril sont similaires.

Les prévisions du mois de décembre pour le CSU (Colorado State University), du Dr Philip J. Klotzbach, étaient des estimations qualitatives et se résument comme suit :

10% de chances : d’avoir une saison très active avec 14 à 17 tempêtes nommées, 9-11 ouragans, 4-5 ouragans majeurs (NTC 170) ;

25% de chances : d’avoir une saison active avec 12-15 tempêtes nommées, 6-8 ouragans, 2-3 ouragans majeurs (NTC 130) ;

20% de chances : d’avoir une saison inactive (avec un épisode El Niño) de 8 à 11 tempêtes nommées, 3-5 ouragans, 1-2 ouragans majeurs (NTC 80) ;

30% de chances : d’avoir une saison inactive (sans épisode El Niño) de 8 à 11 tempêtes nommées, 3-5 ouragans, 1-2 ouragans majeurs (NTC 80) ;

15% de chances : d’avoir une saison très inactive avec 5-7 tempêtes nommées, 2-3 ouragans, 0-1 ouragans majeurs (NTC 50).

Leurs prévisions du mois d’Avril prédisent une saison proche de la normale.

.

Prévisions d’Avril 2019 pour la saison cyclonique à venir :

.Les prévisions du CSU sont basées sur un schéma de prévision statistique à gamme étendue élaboré à partir de 29 années de données antérieures. Les prédicteurs analogiques sont également utilisés. Pour la première fois le CSU utilise également un modèle statistique / dynamique basé sur les données du système 5 du CEPMMT comme outil de prévision supplémentaire.

Le phénomène actuel El Niño, de faible intensité, semble susceptible de maintenir son intensité ou peut-être se renforcer durant le pic de la saison. L’Atlantique tropical est légèrement plus froid que la normale, tandis que l’Atlantique subtropical est assez chaud et l’Extrême-Nord est exceptionnellement froid. Les températures anormalement froides de la surface de la mer dans l’extrême Nord de l’Atlantique laissent penser que l’oscillation multi-décennale de l’Atlantique est dans sa phase négative. Il y a une incertitude considérable quant à la configuration des températures de surface de la mer en Atlantique pendant le pic de la saison cyclonique.

“Si les pressions dans cette zone sont supérieures à la normale, elles sont fortement corrélées à une augmentation des alizés en Atlantique. Ce qui permet la remontée d’eau océanique plus froide et entraîne donc des SST plus fraîches dans l’Atlantique tropical. Ces SST plus froides sont associées à des pressions au niveau de la mer supérieures à la normale, ce qui peut créer une rétroaction “auto-augmentante” liée à une pression plus élevée, à des échanges plus forts et à des SST plus froides pendant la saison cyclonique. Trois de ces facteurs sont associés à des saisons cyclonique inactives.”

Deux de ces trois paramètres appellent à une activité cyclonique inférieure à la normale, tandis que les températures dans l’Atlantique Est subtropical sont fortement favorables à une activité cyclonique supérieure à la normale.

Le Système 5 du CEPMMT prévoit des températures de surface extrêmement chaudes dans la plupart des océans du monde en juillet, et c’est le gradient de température entre l’Atlantique et le reste des tropiques qui est important. Ce système prévoit une saison légèrement supérieure à la moyenne en raison de la prévision de températures chaudes dans l’Atlantique subtropical.

Les zones SST sont non standards dans le Pacifique tropical oriental et central et légèrement sous la normale dans certaines parties du Pacifique tropical occidental. Ceci s’explique compte tenu des faibles conditions El Niño présentes dans le bassin

Il existe encore une incertitude considérable sur l’état futur du phénomène El Niño durant le pic de la saison. Les dernières prévisions ENSO de plusieurs modèles statistiques et dynamiques montre une large propagation pour le pic de la saison cyclonique dans l’Atlantique en août-octobre. Environ les deux tiers de tous les modèles de prévision préconisent la persistance de conditions El Niño en août-octobre, les autres modèles préconisant des conditions ENSO neutres et chaudes.

“La tendance actuelle des SST dans le bassin de l’Atlantique Nord est caractérisée par des SST relativement froides dans l’extrême Nord de l’Atlantique, des anomalies de SST chaudes au large de la côte Est des États-Unis et des anomalies légèrement plus froides que la normale dans l’Atlantique tropical. Ce type de configuration de SST correspond généralement à une phase négative de l’Oscillation multi-décadaire (AMO) de l’Atlantique, bien que les anomalies chaudes au large de la côte Est des États-Unis soient un peu plus fortes que celles observées avec les phases précédentes d’AMO.”

 

Les premières prévisions du TSR sont sorties le 05 avril 2019 et sont les suivantes :

(Entre parenthèse la normale des 64 dernières années)

ACE (Accumulated Cyclone Energy) :

81 (104)

Tempêtes nommées :

12 (11)

Ouragans :

5 (6)

Ouragans majeurs :

2 (3)

Figure 2. Prévisions du TSR pour la saison cyclonique 2019. Crédit Image : TSR

 

Le Tropical Storm Risk (TSR) prévoit une probabilité de 23% d’avoir un indice ACE (Accumulated Cyclone Energy) global pour la saison cyclonique 2015, supérieur à la normale (>124), 34% d’avoir un indice ACE proche de la normale (>72 à 124) et 43% pour un ACE inférieur à la normale (<72).

 

Prévisions du CSU le 05 avril 2019 (Dr Philip J. Klotzbach) :

Rappelons tout d’abord que la base de référence médiane 1981-2010 a été modifiée.

(Pour revenir sur l’article qui traitait du sujet cliquez sur le lien)

(Entre parenthèse la médiane)

.

Tempêtes nommées (12.1)

13

Jours de tempêtes nommées (59.4)

50

Ouragans (6.4)

5

Jours d’ouragans (24.2)

16

Ouragans majeurs (2.7)

2

Jours d’ouragans majeurs (6.2)

4

Energie cyclonique accumulée (ACE) (106)

80

Net Tropical Cyclone Activité (116%)

90

 

Probabilité d’impact :

Probabilité d’impact d’ouragans majeurs de CATEGORIE 3-4-5 pour les zones :

1)-Toutes les côtes des USA – 48 % (% ces derniers 100 ans : 52%)

2)-Côtes Est des USA ainsi que la Péninsule de la Floride – 28 % (% ces derniers 100 ans : 31%)

 

3)-Côtes du Golfe du Mexique de la Floride Panhandle à l’ouest de Brownsville – 28 % (% ces derniers 100 ans : 30%)

Probabilité d’impact d’ouragans majeurs de CATEGORIE 3-4-5 dans la zone des Caraïbes entre 10-20°N et 60-88°W :

1)- 39 % (% ces derniers 100 ans 42%)

.

Conclusion :

 

Nous pouvons donc nous attendre à forte probabilité d’avoir une saison cyclonique à venir active (CSU) ou proche de la moyenne (TSR).

L’incertitude des ptévisions d’avril est assez grande, compte tenu des doutes qui entoure l’impact de l’ENSO et de la configuration de la SST du bassin de l’Atlantique.

Les modèles de prévisions ENSO (La Niña – El Niño) de l’IRI d’avril penchent en grande majorité pour le pic de la saison cyclonique 2019 (Août, septembre, octobre), en faveur d’un épisode El Niño à 69%, contre des conditions Neutres à 27%, et seulement 4% pour un épisode La Niña.

Rappelons toutefois que quelques soient les prévisions de la saison cyclonique, cela ne signifie pas qu’elle n’aura aucun impact sur nos îles. Il convient de rester vigilant en tout temps.

Les prochaines prévisions du CSU sont attendues pour le jeudi 4 juin 2019 (puis en cours de saison le 02 juillet et le 06 août) et celle du TSR sortiront le 30 mai 2019.

 

***************

Administrateur de Chasseurs de Cyclones

Les commentaires sont fermés
*