Menu
Catégorie
Prévisions pour la saison cyclonique 2018 en Atlantique – Mai 2018
31 mai 2018 A la Une

Prévisions pour la saison cyclonique 2018 en Atlantique – Mai 2018

Publié le 31 mai 2018 – 18 heures

Figure 1. Image visible de l’ouragan IRMA le 06 septembre 2017. Crédit image : MODIS

 

RAPPEL :

 

Les prévisions qui avaient été publiées au mois de d’avril prévoyaient une saison cyclonique dans la moyenne.

Pour le TSR (Tropical STorm Risk), les prévisions étaient les suivantes : 12.0 systèmes nommés ; dont 6.0 ouragans et 2.0 ouragans majeurs pour un ACE de 84. Celle de Mai sont encore revues à la baisse.

Les prévisions du mois d’avril pour le CSU (Colorado State University), du Dr Philip J. Klotzbach, étaient : 14.0 systèmes nommés ; dont 7.0 ouragans et 3.0 ouragans majeurs pour un ACE de 13. Leurs prévisions du mois de Mai restent stables pour une saison proche de la moyenne.

.

Prévisions de Mai 2018 pour la saison cyclonique à venir :

.

Les prévisions du mois de Mai 2018 (CSU) prédisent une saison cyclonique proche de la moyenne (1950 à 2012) et une probabilité de connaître des conditions de faible El Niño ou Neutre en cours de saison.

Les températures de surface de la mer (SST) de l’Atlantique tropical se sont anormalement refroidies au cours des deux dernières mois et l’extrême nord de l’Atlantique reste plus froid que la normale, ce qui semble indiquer une phase négative de l’Oscillation Atlantique Multidécennale (AMO). Les phases négatives de l’AMO ont tendance à être associés à des conditions globales moins favorables pour l’activité cyclonique dues à un atmosphère plus sec et des vents de cisaillement d’altitude.

Rappel : Lors d’une phase positive de l’AMO, le nombre de cyclones est plus important que lors de la phase négative. Car lorsque l’AMO est en phase positive la circulation océanique est plus rapide, les westerlies (vent d’ouest de mi-latitude) sont décalés vers le nord et l’alizé réchauffent plus l’océan ce qui est favorable pour la formation des cyclones. Alors que lors de la phase négative la circulation du thermohaline est plus faible, les vents d’ouest s’incurvent plus loin vers le sud. Cette situation cause un cisaillement vertical de vent qui diminue le nombre des cyclones tropicaux dans l’Atlantique du Nord. (pour en savoir +)

Lors d’un épisode La Niña le nombre de cyclones dans l’Atlantique augmente comme il diminue le cisaillement vertical des vents. Dans le Pacifique les forces et la trajectoire des tempêtes sont différentes comme le jet-stream change de latitude, ils sont moins fréquents. Lorsque le phénomène La Niña se manifeste, il y a moins de cyclones tropicaux dans le Pacifique de l’Est, mais plus dans le Pacifique de l’Ouest et l’océan Atlantique. A contrario, un épisode El Niño a l’effet inverse. Statistiquement les années Neutre sont connues pour être également actives. (pour en savoir +)

.

Les prévisions du TSR sont sorties le 30 Mai 2018 et sont les suivantes :

(Entre parenthèse la normale des 64 dernières années)

ACE (Accumulated Cyclone Energy) :

43 (101)

Tempêtes nommées :

9 (11)

Ouragans :

4 (6)

Ouragans majeurs :

1 (3)

Figure 2. Prévisions du TSR pour la saison cyclonique 2018. Crédit Image : TSR

 

Le Tropical Storm Risk (TSR) prévoit une probabilité de 7% d’avoir un indice ACE (Accumulated Cyclone Energy) global pour la saison cyclonique 2015, supérieur à la normale (> 119), 24% d’avoir un indice ACE proche de la normale (69 à 119) et 69% pour un ACE inférieur à la normale (<69).

 

Prévisions du CSU le 31 Mai 2018 (Dr Philip J. Klotzbach) :

Rappelons tout d’abord que la base de référence médiane 1981-2010 a été modifiée.

(Pour revenir sur l’article qui traitait du sujet cliquez sur le lien)

(Entre parenthèse la médiane)

.

Tempêtes nommées (12)

14*

Jours de tempêtes nommées (60.1)

55

Ouragans (6.5)

6

Jours d’ouragans (21.3)

20

Ouragans majeurs (2)

2

Jours d’ouragans majeurs (3.9)

4

Energie cyclonique accumulée (ACE) (92)

90

Net Tropical Cyclone Activité (103%)

100

* Ces prévisions incluent la tempête Alberto

Probabilité d’impact :

Probabilité d’impact d’ouragans majeurs de CATEGORIE 3-4-5 pour les zones :

1)-Toutes les côtes des USA – 51 % (% ces derniers 100 ans : 52%)

2)-Côtes Est des USA ainsi que la Péninsule de la Floride – 30 % (% ces derniers 100 ans : 31%)

 

3)-Côtes du Golfe du Mexique de la Floride Panhandle à l’ouest de Brownsville – 29 % (% ces derniers 100 ans : 30%)

Probabilité d’impact d’ouragans majeurs de CATEGORIE 3-4-5 dans la zone des Caraïbes entre 10-20°N et 60-88°W :

1)- 41 % (% ces derniers 100 ans 42%)

.

Conclusion :

 

Les deux modèles ne semblent pas en accord, le CSU penchent pour une saison moyenne et le TSR une saison inactive. Les saisons analogues (similaires), sont 1986, 2005, 2012 et 2014. Il existe encore une incertitude sur l’activité de la saison à venir.

En effet, suivant le réchauffement rapide ou non des températures de surface et de l’intensité du phénomène El Niño prévu pour les mois d’août à septembre, ces prévisions seront susceptibles d’évoluer.

Il existe aussi un avis mitigé et une incertitude du modèle de prévisions ENSO (La Niña – El Niño) de l’IRI du mois de mai, qui se situe entre une saison Neutre ou un faible épisode El Niño, d’où les prévisions du CSU. Pour le pic de la saison cyclonique 2018 (Août, septembre, octobre), les prévisions sont respectivement pour : des Conditions Neutres à 45%, un possible épisode El Niño à 44%, et seulement 11% pour un épisode La Niña.

Rappelons toutefois que quelques soient les prévisions de la saison cyclonique, il suffit d’un seul phénomène pour avoir un impact important pour nos îles. Il convient de rester vigilant en tout temps et de bien se préparer.

Les prochaines prévisions du CSU sont attendues pour le lundi 02 juillet 2018 (puis le 02 août) et celle du TSR sortiront le 05 juillet 2018.

 

***************

Administrateur de Chasseurs de Cyclones

Les commentaires sont fermés
*